Ne faîtes pas comme les autres !

J’expose dans cet article une vision un peu personnelle. Celle de mon expérience
acquise entre le sport, les voyages et l’entrepreunariat. Entreprendre ce n’est pas réservé qu’aux autres, chacun peut y arriver, il suffit de le vouloir et d’y croire. Pour beaucoup cela est chose impossible. Mais pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils ne le veulent pas. A l’école on nous apprend tout le contraire, il faut suivre les rangs, ne jamais en sortir et appliquer les règles imposées. Des règles souvent arbitraires. Avec un tel schéma, difficile de croire que l’on peut sortir des sentiers battus.
J’ai souvent entendu autour de moi des gens me dire : « c’est facile pour toi, tu n’en fais qu’à ta tête ». Oui c’est vrai. Mais pensez vous qu’il est possible de sortir de la masse sans en faire qu’à sa tête ? Face à des gens frileux, avancez seul.
Pour cela il faut le vouloir, osez, mettre ses peurs de côté, faire des sacrifices et ne pas écouter ces gens frileux.

Voici un petite liste des points que je partage entre le sport, les voyages et l’esprit d’entrepreneur.

Je ne peux pas le faire j’en ai pas les capacités

Il faut se lancer, arrêter de penser que cela n’est réservé qu’aux autres. Toutes les excuses sont bonnes pour ne pas se jeter à l’eau. Ils ont tous commencé petit et ont fini par grandir à force de persévérance et d’endurance.

Vous êtes impressionné par quelqu’un qui court sur 21, 42 ou 100kms ? Vous pensez que ces disciplines ne sont réservées qu’à une élite de gens surentrainés et dotés de capacités hors normes. Courir 15kms, pour un marathonien, représente une simple séance. Pour une personne n’ayant jamais couru cela peut paraître énorme. L’intensité et la durée de l’effort sont donc totalement relatives. La seule différence entre ces deux personnes c’est que la première a franchi le pas. Beaucoup d’autres ont réussi, alors pourquoi pas vous ?

Dans le club où je suis, un handisport s’entraîne avec un groupe de valides. Nous discutions dernièrement de sa qualification pour le JO de 2012. Il me disait que cela lui demande énormément d’efforts car son handicap l’oblige à faire plus d’efforts que les autres handisports de sa catégorie. Pourtant ce jeune homme ne lâche jamais, même s’il sait que ce sera plus dur pour lui. Je m’incline et lui rends hommage.

Fauja Singh redémarre la course de fond à 81 ans. Il termine le marathon de Londres à 92 ans en 5h40. Cette année, il fera un marathon, il aura 100 ans. Vous avez de beaux jours devant vous !

Je n’ai pas le temps !

Vous n’avez pas mieux comme excuse ? Si vous n’avez pas le temps, demandez-vous si vous utilisez correctement votre temps ? Êtes-vous suffisamment productif ? Dominique de Villepin, Arno Simoncini (président du groupe Meetic), pour ne citer qu’eux, s’entraînent plusieurs fois par semaine. Quand on est motivé on le trouve ce temps, il suffit de connaître ses priorités. Etre en bonne santé, travailler pour réussir ou s’abrutir devant la télé, à vous de choisir. J’ai le temps de travailler, d’apprendre continuellement, de m’entrainer et je fais à manger le soir et le ménage le week-end. Et vous ?

Au travail, pas besoin de sortir à 21h pour avoir une journée de travail complète. Comptez le nombre de pauses que vous faîtes pour aller boire un café, papoter dans les couloirs, fumer une cigarette. Tout ce temps perdu, vous pourriez l’utiliser pour travailler de façon plus productive. Arrêtez de fumer, vous ferez moins de pauses et gagnerez des années de vie. Rentrez chez vous plus tôt, occupez vous de votre famille et reposez vous. Votre santé mentale s’améliorera en même temps que votre fatigue et votre productivité.

Un employé travaillant 14h par jour même s’il est très productif au départ ne le restera pas bien longtemps. Un employé stressé, fatigué sera moins productif en 14h qu’un employé apaisé, et en pleine forme en 10h de travail.
De plus un employé qui restera au boulot tard le soir, sait inconsciemment qu’il a le temps devant lui. Par contre, lorsque vous savez que la cloche sonne à 17h, vous n’avez pas le temps de faire autrement que d’aller à l’essentiel. Travaillez moins pour être plus productif.

Savoir se donner des objectifs

Pour être premier sur la ligne d’arrivée, il faut savoir tout donner. Tout le monde ne peut prétendre avoir les mêmes qualités physiques. Mais à performances égales, c’est le mental qui fera la différence.
En sport, grâce à votre mental vous apprendrez à dépasser vos limites physiques. L’inconfort physique généré durant l’effort sera piloté par vos émotions et la façon dont vous percevez cette situation.

Je ne réinvente pas la roue, vos objectifs doivent être spécifiques, atteignables et réalistes. Il ne suffit pas de se dire : « je vais faire mieux », mais se dire « je vais faire telle performance à ma prochaine compétition ». Atteignable, car si vous courez sur une ligne infinie sans jamais apercevoir la ligne d’arrivée vous finirez par vous essouffler. Si votre objectif est trop difficilement atteignable vous vous fatiguerez trop vite et deviendrez contre productif. Etre humble face à la nature, savoir revoir ses objectifs à la baisse en cas de nécessité vous permettra de revenir vivant.

Apprendre à connaître ses limites

Le sport permet de se confronter à ses limites psychologiques et physiques et d’apprendre à mieux se connaître, une qualité indéniable pour un entrepreneur. En cas de situation de crise, d’urgence, être capable de rester serein en analysant la situation de façon rationnelle est un atout indéniable. Le sport et les voyages m’ont appris à relativiser et à gérer les problèmes différemment. Lorsque vous êtes face à une situation d’urgence ou dangereuse vos choix sont limités. Vous devez apprendre à hiérarchiser les problèmes et ne pas céder à la panique. Le stress, la panique, ne font qu’aggraver la situation, autant apprendre à s’en passer. Seul face à la nature, deux solutions s’offrent à vous : apprendre à faire avec ce que vous avez ou passer des moments forts désagréables.

Ne jamais baisser les bras

En montagne pour revenir vivant vous n’avez pas d’autres choix que d’aller au bout des choses. Vous aurez toujours des difficultés à surmonter, ne vous arrêtez pas à la première venue sinon vous n’irez pas loin. Votre vie serait bien plate sans toutes ces difficultés. Vous pensez avoir des difficultés insurmontables, demandez aux Haïtiens ce qu’ils en pensent ?

En situation de survie, j’ai appris une chose. Lorsque vous êtes dans une situation inconfortable soit vous vous demandez pourquoi vous êtes là, soit vous cherchez les solutions vous permettant de sortir de cette situation et de rester en vie.
Vous avez le pouvoir de rendre les situations agréables ou non, il suffit de s’en convaincre.

Les hommes ne sont pas effrayés par les choses, mais par la façon dont ils les voient. Epictète

Soyez positif la vie vous sourira. J’entends souvent des gens me dire que je suis fou car je cours avec pluie, neige, froid. Comment puis-je me plaindre de courir dans le froid ? Lorsque je suis dehors c’est pour mon plaisir. N’oublions que d’autres le sont car ils n’ont pas choix.

Pour atteindre ses objectifs il faut se battre, si quelques goutes d’eau me font peur, je peux m’inquiéter pour mon avenir. Si je n’arrive pas à me battre pour quelques pas de courses, comment vais-je réussir à me battre pour la vie, pour manger ?
Pour gagner une seule solution, partir gagnant. Arrêtez de penser à l’échec, c’est de l’énergie gaspillée pour rien. Utiliser votre énergie pour avancer, apprendre et créer.

Lors d’une course à quoi bon de se dire que vous avez mal aux jambes, vous le saviez avant de venir. Economiser cette énergie négative et utiliser là pour vous battre jusqu’au bout.

Pas de place pour l’amateurisme

En montagne, l’amateurisme vous tue, en entreprise il vous coule. En entreprise, ce n’est pas le costard et la cravate qui feront de vous un pro. On jugera votre professionnalisme sur vos compétences, vos facultés à vous adapter et à vous rendre indispensable. N’oubliez pas que tout le monde peut acquérir des connaissances empiriques. Par contre se rendre indispensable est beaucoup plus rare. Vos connaissances ne suffiront pas, il vous faudra analyser, réagir vite et entreprendre. Prenez vos décisions rationnellement et non en fonction de vos goûts et couleurs.

Vous êtes là pour défendre les intérêts d’une société et non vos intérêts personnels. Si vos employés préfèrent défendre leurs intérêts personnels plutôt que l’intérêt général c’est qu’il existe un problème de management.

Motivez vos salariés en les intégrant entièrement à la vie de l’entreprise. Si tout le monde avance en même temps (employés et entreprise), c’est un cercle vertueux qui se créé. Les employés sont heureux de leur réussite professionnelle et l’entreprise gagne à garder ses employés motivés.

Ne pas jouer au héro

Les autres ont une expérience à vous apporter, sautez sur l’occasion, il n’y a pas de honte à se faire aider, laisser votre égo de côté. N’essayez pas de vous infliger des heures de recherches et de tiraillements intellectuels pour essayer de résoudre votre problème. Il y a forcément quelqu’un qui peut vous aider, vous aiguiller. A vous de choisir, laisser votre égo de côté ou travailler des heures inutilement.

Rester humble, en montagne pour espérer rester en vie le plus longtemps possible il vaut mieux rester humble et savoir renoncer. Vous atteindrez votre niveau d’incompétence le jour où vous prétendrez être le meilleur ou ne plus rien n’avoir à apprendre.

Foncez, n’écoutez pas ces gens frileux. Mais attention de ne pas foncer tête baissée, le risque de prendre un mur sera plus important et vous remettez la réussite de votre projet au mains du facteur chance. En marathon, les secondes gagnées au départ sont des minutes perdues à l’arrivée voire l’abandon si vous explosez.

Aller à l’essentiel

Les marathoniens apprennent à économiser un maximum d’énergie à chaque foulée. La beauté de leurs foulées ne se trouve pas dans l’esthétisme de celles-ci mais dans leur efficacité.

Pas le temps de papoter pendant les réunions, dans les couloirs, aller à l’essentiel, vous pourrez sortir plus tôt du travail et faire à manger à votre homme/femme.

Allez à l’essentiel, discutez des points objectifs, pas de place pour les goûts de chacun. Discutez des critères subjectifs d’une réalisation n’apportera rien à la qualité de celle-ci et nuira à votre productivité. Surtout que dans ce genre de cas sur 100 personnes vous risquez de vous retrouvez avec 100 avis différents.

Faire des docs Excel et Powerpoint dans tous les sens, ce n’est pas de la rigueur ni être un professionnel. Au mieux vous vous donnez bonne conscience, mais ca ne vous aidera pas à être plus productif. Si vous êtes obligé de faire des compte rendu pour la moindre réunion, c’est que vos réunions sont trop longues et pas suffisamment claires. Quand je vois des comptes rendu de comptes rendu, je me dis que beaucoup passent leur temps à gâcher du papier.

Apprendre de ses erreurs et de celles des autres

La théorie vous donnera les connaissances. Pour la pratique c’est de votre expérience et de celle des autres que vous apprendrez. Remettre votre travail en cause, analyser ses erreurs vous permettra d’avancer en vous améliorant constamment. Apprenez des erreurs et des succès des autres, et faites mieux qu’eux. Jetez un coup d’œil sur la concurrence mais n’en faîtes pas une obstination. Vous risquez de passer plus de temps à regarder la concurrence évoluer plutôt que d’être créatif sur vos projets.

N’oubliez pas d’apprendre de vos expériences positives, elles sont bien plus importantes, humainement et professionnellement.

Ce n’est pas parce que les autres n’y arrivent pas que vous n’y arriverez pas. J’entends souvent dire, « ah oui mais tu sais, 2/3 des projets échouent » ou des âneries comme « ah mais il y a beaucoup de morts sur l’Everest, c’est dangereux ! ». Mais savez combien sont morts par manque d’expérience, de compétences, d’erreurs de débutant ? Alors ce n’est pas parce que les autres n’y arrivent pas que vous n’y arriverez pas.

J’entends souvent autour de moi : « Les gens ont fait des études pour faire ça ». Je pense que beaucoup de gens ont des dons ou des facilités dans certains domaines, utilisez les. Ce n’est pas parce qu’autour de vous beaucoup n’y arrivent pas, même en étudiant, que vous ne pouvez pas vous débrouiller dans la matière.
Peut on dire que ce sont les courtes études de Picasso qui ont fait de lui un génie de la peinture ? D’ailleurs même ce génie a mis du temps avant d’arriver au meilleur de lui-même.

Beaucoup échouent, ce sont les autres qui échouent pas vous.

Hygiène de vie

Un individu fatigué, stressé et affaibli est un individu dangereux pour sa société. Irritable, démotivé, pessimiste, dans le meilleur des cas il arrivera à démotiver les gens autour de lui et dans le pire des cas il fera une crise de nerfs ou un burn out.Il deviendra un sujet auquel il faudra apporter plus d’attention. D’autres essaieront de l’aider, de le consoler…une perte de temps pour tous.

La chose est encore plus préoccupante pour un dirigeant qui doit prendre décisions, gérer des situations de crise ou d’urgence en ayant du recul et une vision rationnelle.

Je ne dis pas qu’il faut penser qu’à la productivité et embaucher des employés sans cœur travaillant tels des robots. Au contraire, je suis content quand je vois des gens épanouis et heureux. Je veux que les gens soient heureux de venir au travail et non transformer mon entreprise en cimetière pour personnes vivantes. En montagne, pas besoin de le rappeler, beaucoup sont morts par manque de vigilance. Ce manque de vigilance, dû à la fatigue car on a pas su s’arrêter à temps. Aller au sommet coûte que coûte et se tuer à la descente car on est trop fatigué. Après, on a l’air con quand il s’agit de raconter que l’on s’est tué en trébuchant sur un caillou !

Un bon sportif sait se reposer, car très vite son corps va lui rappeler qu’il n’est pas invincible et il n’aura pas le choix que de s’arrêter. Pour un travailleur c’est plus subtil, car c’est la maladie qu’il le rattrapera, qu’elle soit psychologique ou physique. Et parfois la maladie s’installera en douce, plus difficile à déceler.

Travaillez moins, occupez vous de votre famille, faites du sport, l’amour à votre homme/femme, votre patron vous dira merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *