Un article qui ne parle ni vraiment de marketing ni d’entrepreneuriat, mais on y retrouve tout de même quelques idées d’entrepreneur reprise avec légèreté. Je vous présente un top 5 des phrases que j’entends régulièrement autour de moi et qui me font sauter au plafond.

La phrase pour ne pas avoir à remettre quoi que ce soit en question

Oui mais tout le monde fait comme ça

Avec une telle affirmation nous partons du principe que si la masse le fait c’est que cela est bien ou qu’il faut le faire. Cela peut être vrai, mais malheureusement cette d’affirmation peut être dangereuse.
Un exemple : Tout le monde boit du Coca, est-ce bon pour la santé pour autant ? Doit on continuer de consommer à outrance car tout le monde le fait ?

Plus grave dès que je suis autour d’une table et que je parle d’éthique, d’écologie, de politique, de management, j’entends très souvent :

Mais Jérôme c’est normal tout le monde fait ça, le système est fait comme ça tu ne le changeras pas

C’est sur qu’avec mes deux petites mimines je ne ferai pas grand-chose. Mais j’en ferai surement plus qu’avec de tels raisonnements. Ce genre de phrases m’inquiètent. Avec ces raisonnements nous ne pouvons pas remettre en question le système. Or le monde évolue vite, très vite, il est donc indispensable de toujours remettre en cause les schémas dans lesquels nous vivons pour les améliorer, les faire évoluer en fonction des changements extérieurs.

Nous n’aurions jamais avancé si de grands personnages de l’histoire n’avaient pas remis en cause le statu quo. beaucoup sont morts car à l’époque on estimait leurs propos être des conneries, aujourd’hui ils sont des figures de l’histoire.

Avec ces raisonnements on finit par croire que certaines contraintes sont normales. Ainsi des situations désagréables voire illégales deviennent des situations normales. Car il est plus facile de se dire que c’est normal plutôt que de remettre le schéma principal en cause. C’est ce qu’il se passe avec le mal être au travail beaucoup pensent que c’est normal, on ne peut pas faire autrement. Le travail n’est pas fait pour nous rendre heureux. Malheureusement c’est ce management archaïque qui rend les gens malheureux et non le travail en lui-même.

Comment croire que la TV ça repose

Le sport c’est fatigant

Le sport ça fatigue les jambes mais ça repose le cerveau ! Jamais le sport ne vous tuera d’épuisement (sauf cas extrêmes). Par contre le stress et l’anxiété accumulés finiront par vous tuer à petit feu. Le rapport entre la male bouffe, le stress, le manque d’activité physique et l’augmentation du nombre de cancers n’est plus à démontrer.

Bien sur que le sport demande un effort physique mais le bonheur de se sentir vivant, de se dépasser, de se défouler vous fera vite oublier la fatigue. Cet effort votre corps vous le récompensera 1000 fois. Votre cerveau vous dira merci en vous procurant une sensation de légèreté et de bonheur incomparable.

Pas si étonnant quand on sait que durant un effort on sécrète de l’endorphine, de la cannabinoïde qui sont des dérivés naturels de drogues. C’est pour cela qu’on les appelle les hormones du bonheur.

Si on en croit l’anthropologue Richard Wrangham nos ancêtres parcouraient entre 10 et 20 kilomètres par jour. Si on écoute certains coachs sportifs, ils vous diront :

Ne croyez pas que vous ressemblerez à des athlètes en faisant 3 fois des abdos par semaine. Notre corps est programmé pour faire bien plus

Au delà des bienfaits physiques, le sport apporte des bienfaits intellectuels et psychologiques. L’exercice physique est une très bonne chose pour la confiance en soi, la concentration, la maitrise de soi. Un article très intéressant sur la concentration en sport. Cet article sur la concentration durant une pratique sportive ne traite pas exactement du même sujet mais en lisant entre les lignes on y trouve des réponses très intéressantes.

N’oublions pas que le sport est un excellent moyen pour se décharger du stress accumulé. Un cerveau stressé est d’ailleurs beaucoup moins productif.

Concernant la télévision Pascal Bruckner disait :

La télévision n’exige du spectateur qu’un acte de courage, mais il est surhumain, c’est de l’éteindre

C’est toujours plus facile pour les autres

Toi c’est pas pareil, c’est facile pour toi

Celle là, je l’entends tous les jours à propos de mes voyages, de mon entrainement, de mon travail. Très souvent on m’explique que c’est facile pour moi de m’entraîner tous les jours car je suis jeune et que mon travail en tant qu’indépendant me le permet. Jeune, je le suis. Mais ces personnes s’entraînaient-elles à l’époque quand elles étaient jeunes ?

Pour les contraintes horaires, c’est la même chose. C’est sur qu’en tant qu’indépendant, il est plus facile de s’organiser. D’ailleurs ces gens qui m’expliquent qu’ils n’ont pas le temps que font ils le week end ? Ils regardent la télé, moi je travaille même le week end et j’ai le temps de m’entrainer. Cherchez l’erreur. Même avec un emploi du temps sans aucune contrainte la majorité n’irait pas s’entrainer pour autant. D’ailleurs quand ils partent en vacances ils ne rêvent que d’une chose, ne rien faire. Il ne faut pas croire, un certain niveau d’entrainement demande des sacrifices même en tant qu’indépendant (famille, amis, hygiène de vie…).

Tout le monde peut le faire, il faut juste avouer que l’on préfère regarder la télé. J’en connais certains qui sont père de 2 enfants, cadre dans une grosse boîte, et qui arrive à faire 9 entrainements par semaine, soit 2 entrainements pour certains jours.
Je ne dis pas qu’il faut en arriver a de tels extrêmes. Mais faire 2 ou 3 fois du sport par semaine ce n’est pas un manque de temps mais un manque de volonté.

Je retrouve les mêmes prétextes pour les voyages. Les gens rêvent de faire le tour du monde. Mais il faut partir avec son confort et ses petites habitudes. Dans ce cas ça devient tout de suite plus compliqué et rapidement inaccessible financièrement pour la plupart des bourses. C’est facile pour personne, c’est la façon dont nous interprétons les contraintes qui fera que ce sera facile ou non. Il faut accepter de sortir de ses petites habitudes si on rêve de faire de grandes choses.

Les jeunes ont bon dos

C’est parce que tu es jeune que tu dis ça

Lorsque je parle de mes convictions ou que j’exprime des raisonnements qui remettent en question le statu quo, on m’explique avec une voix douce : « c’est parce que tu es jeune, ca passera ».

On me disait déjà ça il y a 10 ans pour l’instant rien n’a changé. Demandez à tous ceux qui ont mené de grands combats si en vieillissant quelque chose à changé pour eux. Attention loin de moi de croire que je mène un grand combat.

A en croire certains il n’y a que les jeunes qui ont de l’énergie et osent remettre en questions certains de nos schémas ancestraux. Il est certain qu’avec l’âge on prend plus de recul, on apprend à réagir avec plus de sérénité (je confirmerai à mes 50 ans). Dans l’entrepreneuriat c’est la même chose, j’entends souvent dire que c’est facile pour nous de monter un projet car on est jeune. Je vous l’accorde certaines situations sont moins propices que d’autres, notamment quand on a des enfants. Mais ce n’est pas pour autant impossible. J’ai énormément de gens autour de moi qui montent des projets à 30, 40, 50 ans.

Face à cet argument je réponds :

Toi aussi tu as été jeune, pourquoi ne pas avoir monté ton projet aussi ?

Donc je ne suis pas si sur que ce soit qu’une question d’âge.
Je suis conscient que monter un business c’est prendre des risques. En fonction de la situation c’est plus ou moins facile d’assumer ces risques. Certains prennent des risques énormes quelle que soit la situation d’autres n’en prendront jamais même si on leur tient la main. Je pense que le problème se situe plus de ce côté.

A l’inverse au boulot, on vous dira toujours que vous êtes trop jeune, sans expérience ! Il va falloir s’accorder.

Tu es trop jeune pour ce poste

Mais avez-vous plusieurs années d’expérience ?

Cette phrase je la vois dans toutes les annonces d’emploi qui se ressemblent toutes les unes plus que les autres. L’expérience ce n’est pas inutile loin, mais ça ne fait pas tout. En faire un argument décisif de recrutement me parait être un peu léger.

Tout le monde n’apprend pas à la même vitesse, certains sont plus passionnés que d’autres.
D’ailleurs comment mesurer objectivement l’expérience de quelqu’un ? On peut avoir 5 ans d’expérience si celle-ci n’es pas liée au travail demandé on se demande bien à quoi ça peut servir. Puis tout le monde ne tire pas les mêmes enseignements d’une expérience.

L’expérience indiquée sur un CV, ne reflète pas toujours grand-chose. Ce n’est pas parce que vous avez occupé un poste dans une grosse entreprise que vous étiez compétent à ce poste. A part dans le des métiers très spécifiques, il ne faut pas 15 ans pour apprendre son métier, souvent en quelques mois c’est fait.

Je préfère largement recruté un candidat sur sa personnalité, ses capacités intellectuelles, sa curiosité et sa passion pour l’entreprise plutôt que de connaître son expérience professionnelle, je préfère connaître son expérience personnelle qui m’en dira beaucoup plus sur la personne. Bien sur que son expérience professionnelle est à prendre en compte, mais comme le CV, elle ne fait pas tout.

Un petit bonus

Fais moi plaisir tu peux en prendre juste une petite goutte (d’alcool)

Cette phrase plus personnelle revient très régulièrement. J’ai l’impression d’être un extra terrestre parce que je ne bois pas d’alcool ou plutôt parce que je ne fais pas comme tout le monde. En quoi cela peut vous faire plaisir que de me voir boire un verre d’alcool ? Je n’oblige personne à suivre mes convictions ou mes idées alors je ne vois pas pourquoi on devrait m’imposer des schémas. Combien j’en vois sourire parce que je ne mange pas ci ou ça, parce que je ne fume pas ou parce que je ne bois. Je ne pense pas souvent avoir raison, mais concrètement entre les deux je sais que la nature risque fortement de me donner raison.

Crédits photos : Laurent Bouillaut