tu veux être mon ami ?

Lors d’un entretien de recrutement un candidat me posa une question très juste sur la rémunération complémentaire touchée en cas d’apport d’affaires.

Cette question n’est pas anodine. Beaucoup de sociétés répondent simplement que la question n’a pas lieu d’être en estimant que l’employé touche un salaire à la fin du mois.

Cette question montre une fois de plus que l’on ne peut pas rémunérer les gens uniquement pour leur temps de travail. En rémunérant les gens au temps passé on ne prend pas en compte les aspects positifs qu’ils peuvent apporter à la société au-delà de leur travail quotidien.

Comment me rémunérera la société si je ramène des contrats qui font gagner de l’argent à la société ?

Rien ne les oblige à décrocher de nouveaux contrats grâce à leur carnet d’adresses. D’ailleurs dans beaucoup de sociétés les employés ne présentent pas leurs contacts en se disant :

Pourquoi j’enrichirai mon patron sans rien recevoir en retour ?

Au-delà de la problématique de l’argent, un sentiment d’injustice qui s’installe.

Construire un système juste

La base d’un système de management pérenne doit se faire sur les fondements d’un système juste. C’est la garantie de conserver une cohésion et la motivation de tous.

Mais qu’est ce qu’un système juste ?

Je définirai un système juste comme un système perçu équitable tant pour les employés que pour les dirigeants. Un système qui fonctionne dans les deux sens. Un système où tout le monde y trouve son compte.

D’un côté, l’employé est rémunéré et reconnu à la hauteur de ce qu’il apporte à la société. De l’autre le dirigeant en tirera également un bénéfice car il porte le projet de l’entreprise, il prend des risques.

Pour que le système soit juste, le même taux de rémunération complémentaire pour apport d’affaires devrait être appliqué quelque soit la fonction occupée par le salarié.

D’une manière générale, il me parait impossible de créer un système managérial performant qui ne soit pas basé sur la justice, l’équité et la transparence.

Dans la pratique cela est beaucoup plus difficile à mettre en œuvre qu’il n’y parait. Nous sommes des humains avec chacun nos émotions et notre façon de les gérer.

Quand tout se passe bien il est facile que tout le monde soit d’accord. Mais dès qu’il y a des tensions ou de l’argent en jeu, il peut être difficile pour tout le monde de prendre le recul nécessaire pour juger la situation avec objectivité.

C’est pour cela qu’il est important d’instaurer des règles qui soient les mêmes pour tout le monde et qu’il ne puisse y avoir débat en cas de conflit ni de favoritisme.

L’argent ne fait pas le bonheur, mais encore moins la motivation

Rémunérer un employé par le biais d’une prime parait normal lorsqu’il accompli une action au-delà des ses objectifs/missions habituels. Dès lors qu’il y a création de valeur, il n’est pas envisageable de calculer en temps/horaire de travail.

Une idée de génie peut avoir été trouvée en 5 minutes, comment la rémunérer si on raisonne en temps de travail ?

Donc toute valeur apportée doit être rémunérée, mais attention il ne faut pas que cela devienne une course à la prime. La rémunération à la prime ne suffit pas à motiver les employés et montre rapidement ses limites (j’y reviendrai dans un autre article).

La prime touchée ne doit devenir une motivation en soi. Cela voudrait dire que les employés ne trouvent pas d’intérêt à leur travail ni la reconnaissance suffisante.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’argent et la motivation je vous conseille de lire la théorie de la motivation ou un bouquin sympa sur le sujet.

Wikipédia : La plus grande encyclopédie jamais réalisée a été créée par des bénévoles. La motivation pour construire un système pour apporter la connaissance à tous va bien au-delà de la récompense pécuniaire.

L’argent n’étant pas le principal facteur de motivation en entreprise, c’est l’ensemble du système managérial qui doit permettre aux employés d’être motivés.

Un employé doit bien faire son travail pour garder sa place. A l’inverse, un dirigeant doit tout faire pour que les employés aient envie de revenir chaque matin.

C’est une ambiance générale, une culture d’entreprise qui donnera envie aux employés de vendre les mérites de la société et non une envie irrépressible de gagner toujours plus d’argent.

C’est parce que les employés sont contents de faire un job dans lequel ils se sentent bien qu’ils en parleront autour d’eux et non parce qu’ils veulent à tout prix prendre une prime pour avoir ramené un contrat.

La reconnaissance au travail ne peut pas se contenter d’un chèque à la fin du mois. Elle passe avant tout par le respect de chacun, la transparence, l’équité, l’écoute…

L’écoute, je préfère 1000 fois que mon patron m’écoute et m’ouvre sa porte quand un problème arrive, plutôt que de recevoir une prime de fin d’année qui n’est rien d’autre qu’un automatisme plutôt qu’une réelle attention.

Docteur je fais quoi maintenant ?

Difficile de trouver une réponse toute faite. Travaillant avec des êtres humains, je pense que chaque organisation doit trouver sa manière de faire en fonction de sa personnalité.

Je pense qu’un système permettant de rémunérer les personnes en fonction de la valeur qu’ils ont créé est une bonne chose. Il suffit ensuite de faire le bon calcul pour que ce soit équitable.

Je crois également beaucoup à la prime «One Shot». Cette prime spontanée, que l’on offre après un moment de rush, un boulot conséquent…

Pour moi, la plus belle prime restera, celle de la reconnaissance de tous les jours.

Je crois surtout beaucoup dans l’expérience humaine. Je préfère offrir un collier en chocolat fabriqué maison à ma femme plutôt qu’une bague achetée à la va vite. L’effort fourni pour fabriquer le collier aura été beaucoup plus important que l’acte d’achat. Le cadeau laissera bien plus de souvenirs et une plus grande reconnaissance. Je vous l’accorde l’exemple est un peu extrême.

Ce schéma peut être reproduit en entreprise. Plutôt que d’inviter les gens à une fête impersonnelle, où se mélange hypocrisie et bonnes manières.

N’est-il pas plus sympathique de trouver une activité qui permettra à chacun de s’investir ? Une chasse au trésor dans Paris par exemple ?

Pour finir une slide provenant de l’étude Ipsos Edenred 2012 sur ce que pensent les salariés de leur emploi. Ce que j’en retiens c’est que seulement 32% des français sont contents d’aller au travail le matin. Cherchez l’erreur.